L'Ecole

Fil des billets

mardi, octobre 26 2010

Séjour au Vietnam - Eté 2010

Fred et Didier ont passé 2 semaines au Vietnam cet été 2010.

Partageons leur aventures en quelques clichés disponibles dans la galerie photos ou directement ici.

Ce fut l'occasion pour eux d'assister au 3ème Festival International de Tay Son Binh Dinh à Quy Nhon aout 2010

samedi, mars 25 2006

Maître TRAN HOAI NGOC

Maître TRAN-HOAI-NGOC est né au Vietnam à Huong-Dien, Thua-Thien un petit village de pêcheur sur les côtes de la mer de Chine méridionale.

Sa mère ayant contracté une maladie alors qu'elle était enceinte, il dut rester alité jusqu'à l'âge de 5 ans. Après quoi, on l'envoya vivre avec sa grand-mère, disciple du grand médecin chinois HAI THUONG-LAN-ONG TON-TAM-LINH, également grand Maître en arts martiaux. Guéri à 6 ans par des techniques issues du Kung-Fu, il en commença la pratique avec ses grands-parents.

    Par la suite, il participa à 4 compétitions organisées par les écoles de Kung-Fu du centre Vietnam et remporta par deux fois la victoire. Il était déjà spécialiste dans le maniement des armes.

    Maître Trân quitta son village en 1966 suite au décès de son grand-père, et se rendit au sud Vietnam où il espérait retrouver les Maîtres de Kung-Fu qui avaient fuit la guerre. Son voyage dura 7 mois. Marchant de village en village, travaillant en échange d'un peu de nourriture il parcourut ainsi plus de 1000 Km dans l'espoir de trouver une école de Kung-Fu.

    Vers la fin de l'année 1966, Maître TRAN trouva une nouvelle école dont le Maître était un ancien élève de son grand-père. Il travailla durement pendant 3 ans pour préparer une compétition, prévue pour 1969 et qui devait lui permettre de devenir maître d'arts martiaux au Vietnam.

A la suite de la compétition, Maître Trân fut choisi pour être l'un des 9 Maîtres composant la fédération Cuu-Long Võ-Ðao.

  En 1970, Maître TRAN débuta son enseignement auprès des jeunes au rythme de 4H d'entraînement quotidien.

Son enseignement était basé sur des techniques rassemblées dans des quyen vieux de plusieurs centaines d'années. Cette partie du Kung-Fu constitue une base immuable.

    En 1972, il retrouva sa grand-mère qui avait fuit le centre du Vietnam avec le reste de sa famille en raison de la guerre. Il put ainsi parfaire sa technique des points sensibles pour le Kung-Fu et sa connaissance de la médecine chinoise.

    Les spécialités de Maître TRAN, sont les 18 disciplines des armes traditionnelles et les techniques des points sensibles. Sur les 9 dragons, il est le seul à connaître la technique permettant de bloquer tous ces points en même temps. Tout en dispensant son enseignement Maître Trân poursuivait son entraînement personnel avec les anciens Maîtres, à raison de 2H par jour.

  Sur les 22 quyen de son école, 4 ont été inventés par lui.

2
SONG LONG NAO HAI QUYEN
Deux dragons se battent sous la mer 
4
 TU LONG VO LO QUYEN
 Quatre dragons dansent dans la rue
6
 LUC LONG BAI TO QUYEN
Six dragons saluent le grand Maître 
7
 THAT LONG BAT BAO QUYEN
Sept dragons vont faire huit tempêtes 

Les quyen créés par le Maître sont destinés à évoluer car les Maîtres qui lui succéderont devront les remplacer à leur tour par des enchaînements de leur invention, et ce, toujours dans le but de faire progresser le Kung-Fu.

C'est en 1976 après la dissolution de l'ancienne fédération que fut créée grâce à la contribution de trois Maîtres la nouvelle fédération de Kung-Fu qui prit le nom de THANH NGHIA DUONG, il s'agissait de:

LAM-CHANH-DUNG premier Dragon

HUYNH-VAN-SANH deuxième dragon

TRAN-HOAI-NGOC troisième dragon

En 1979, Maître TRAN s'exila en France avec sa femme et son fils David.

Après avoir cherché vainement des Maîtres, il fonda fin 1980 avec le concours d'autres personnes, une association : L'A.S.V.I Kung-Fu, présidée par Monsieur VU-CAO-KHAI.

Cinq autre club virent le jour. En 1994, ayant formé 9 moniteurs successeurs dans le Nord de la France, le Maître s'installe dans le Sud de la France, et ouvre son premier club à Cannes. Depuis, 4 clubs ont été créés (Nice, Cannes, Mougins, et Villeneuve-Loubet).

dimanche, janvier 29 2006

Cuu Long Vo Dao

La fédération Cuu-Long Võ-Ðao a été fondée en 1945 au Vietnam par neuf maîtres spécialisés dans différentes disciplines : Les techniques d'énergie, de casses, d'armes et de Quyen.  Cuu-Long-Vo-Dao signifie "La voie des arts martiaux des neufs dragons".

Ces neufs Dragons sont :

  • 1er Dragon : LAM-CHANH-DUNG (USA)

  • 2ème Dragon : HUYNH-VAN-SANH (Australie)

  • 3ème Dragon : TRAN-HOAI-NGOC (France)

  • 4ème Dragon : HUYNH-VAN-THAM (Canada)

  • 5ème Dragon : DUONG-NGOC-BOI (Vietnam)

  • 6ème Dragon : TRAN-HIEN (Canada)

  • 7ème Dragon : BUI-VAN-HUE (USA)

  • 8ème Dragon : NGUYEN-BANH-TRUNG (Vietnam)

  • 9ème Dragon : NGUYEN-NGOC-SON (Vietnam)

 

L'esprit de l'école

La ligue des neufs Dragons a défini neuf serments et dispositions d'esprit que tout pratiquant se doit de respecter lors de son adhésion à l'école Cuu-Long Võ-Ðao

1- Les cinq vertus fondamentales de la morale de notre ligue sont: Bonté, droiture, sincérité, sagesse et loyauté.

2- Nous ne devons pas utiliser notre art pour des actes de destruction ou pour des agissements contraires à notre éthique.

3- Nous ne devons pas nous servir de notre art pour des causes ou des intérêts personnels, même par plaisanterie.

4- Par toutes nos facultés et moyens, nous devons développer les efforts de propagation de notre art, pour la gloire nationale et la grandeur de notre ligue.

5- Nous devons nous astreindre à une discipline d'entraînement rigoureuse ainsi qu'à une recherche constante de la perfection, afin de ne pas décevoir nos aînés et nos moniteurs.

6- Nous devons mettre notre savoir faire et notre intelligence au service de la justice et de la paix nationale.

7- Nous ne devons pas trahir nos Maîtres et nos frères et conserver une attitude d'humilité à l'égard des condisciples qui sont membres d'une même et grande famille.

8- Les présents statuts sont notre guide pour l'action et la méditation intérieure.

9- Dans le cas d'une trahison à l'encontre de nos Maîtres ou de nos frères ou en cas d'infamie à l'égard de notre ligue, ce sera l'expulsion irrémédiable

 

samedi, janvier 28 2006

Vo Lam

Autrefois, avant l'ère bouddhiste, au pays des Bonzes (Tây-Tang), il existait une technique de boxe appelée CUU-LONG (Neufs Dragons). Cette boxe, très réputée, était pratiquée par beaucoup d'autochtones et particulièrement par les prêtres, dont beaucoup étaient maîtres dans cet art.

    Ce n'est qu'à l'ère bouddhiste de la "grande prospérité" que les maîtres ont envisagé de propager cette technique à travers le monde.
Ils décidèrent de retenir la vertu et la technicité comme critères fondamentaux de leur enseignement.
12 des meilleurs bonzes, parmi les plus instruits et les plus vertueux, furent envoyés pour dispenser l'enseignement des différentes techniques auprès de différentes nations.

    Ces douzes missionaires réussirent pleinement leur mission, partout où ils étaient, ces maîtres avaient acquis une notoriété et, en fonction des capacités de leurs disciples, ils leurs avaient enseigné vertus et techniques des arts martiaux.

    Bien longtemps après, en 1023, c'est le Maître missionnaire Bodhidharma  fils du roi Sugandha, descendant du Bouddha, ce qui faisait de lui le vingt huitième patriarche indien, qui avec son génie et son savoir faire, apporta une réelle structuration à l'ordre du Võ-Lâm .

    Au cours de la période moderne des Arts Martiaux, C'est la décadence au Vietnam avec l'avènement de la dynastie Nguyen et de la colonisation française. L'enseignement des arts martiaux fut empêché au point que les jeunes en ignoraient même l'existence. Cependant les écoles poursuivirent leur activité en clandestinité, ce qui permit aux arts martiaux de survivre. Au fil du temps beaucoup d'écoles perdirent leurs tendances bouddhistes pour ne garder que l'art martial.En 1938 vient la période de le renaissance. Grâce à l'oeuvre du Maître Nguyen Loc les arts martiaux vietnamiens ont pu reconquérir le rôle qu'ils ont toujours eu dans l'histoire.

    Toutes les fédérations où ligues actuelles des arts martiaux sont issues du VO LAM, en particulier les branches du Kung Fu, du Tae Kwon Do et du Karaté. Ce sont elles qui détiennent le plus de connaissances du concept vertus et techniques du Võ-Lâm.